Eidolon

Mike Rollo

3 min – Canada – 2020 – 16mm

Le voyant se déplace sous des branches, traverse des champs et observe les espaces calmes de la création. Lumière et obscurité alternent, découvrant tour à tour une figure, un fantasme double, véritable énergie se métamorphosant dans le temps. Le voyant prend des notes, glane des eidolons. L’eidolon grec comme l’imago latine étaient des moulages funéraires. On pouvait festoyer devant de telles effigies cependant l’étymologie glisse de l’idée à l’idole.


La Bala de Sandoval

Jean-jacques Martinod

17 min – Equateur – 2019 – 16mm

Isidro serpente dans la forêt tropicale tandis que son frère et lui racontent les moments où il s’est retrouvé face à face avec la mort elle-même.


From Time Without Beginning

Lorenzo Gattorna

7 min – USA/INDIA – 2021 – S8/16/35mm

La mort à Kashi est “libération”. – Mort à Bénarès, Jonathan P. Parry, 1994


Pseudosphynx

Ana Vaz

8 min – France/Brésil – 2020

Pseudosphinx est le nom scientifique des chenilles de feu qui deviendront bientôt des papillons, ou comme on les appelle communément (et de bon augure) : des sorcières. Ces sorcières-beurre sont associées à plusieurs mythes. Pseudosphynx est à la fois sphinx, c’est-à-dire monstruosité chtonique inhumaine qui lance des charades, et pseudo, comme dans artificiel, insincère, trompeur, irréel, illusoire, mimétique. Pseudosphynx garde son sens voilé, comme un secret gardé par ceux qui gardent dans leur rétine l’impression haptique de son combat.


On the Other Side of the Spoon

Pierre Borel, Lea Lanoë

17 min – France – 2020

“Parfois, quand je joue, je me retrouve dans le noir, complètement dans le noir, et il faut trouver une solution. Les autres ne savent pas que je ne sais pas, en quelque sorte. Mais ils sentent cette fragilité.

Ce film est un hommage à Tristan Honsinger, figure singulière de la musique.


Further radical

Stephano Canapa

7 min – France – 2020 – 35mm

Le cinéma comme une expérience capable de nous mettre en transe. Une transe aussi proche que possible de la matérialité du cinéma. Après “A Radical Film” (2017), Stefano Canapa expérimente à nouveau le radis noir sur un film non exposé pour fabriquer une symphonie sonore et visuelle d’une intensité galvanisante. Alors que le film nous explose au visage en noir et blanc et transforme violemment des motifs indomptables en d’autres, on se demande dans quel type de corps cosmique on est entraîné, si une surface lunaire ou un trou noir. Ou bien est-ce l’écran de cinéma ?