À l’initiative de Zéro de Conduite et du Labo K, le festival OBSKURA interroge les pratiques contemporaines liées au cinéma argentique, à l’échelle internationale.

Beaucoup de films portent cette année une attention particulière à l’archéologie, à l’enquête : il s’agit d’aller chercher, au-delà du visible, l’origine ou la raison cachée qui sous-tend une situation, un paysage, d’une manière fantastique, sous la forme d’une enquête intime ou historique, ou encore sous les auspices de la géologie.
Les films se confrontent souvent à un passé colonial d’où aussi l’importance accordée aux témoignages souvent mis en scène de manière originale, articulés à d’autres dispositifs pour saisir fugitivement quelque chose d’un passé qui tend toujours inévitablement à s’estomper.

D’autres films encore, nous invitent à délirer le réel, partant souvent d’un élément, d’une matière, pour en multiplier les virtualités, y découvrir de nouveaux rythmes, de nouvelles sensations parfois en magnifiant les couleurs et les faisant danser au son d’une musique endiablée.

Qu’ils soient tournés en super8, 16mm ou 35mm, par la diversité de leurs durées, leurs formes, leurs provenances, les seize films sélectionnés cette année, ainsi que les performances de cinéma élargi que nous vous proposons, prouvent à nouveau la variété et la vitalité de la pratique du cinéma argentique.

Nous avons hâte de redécouvrir ces œuvres avec vous sur grand écran !